Oscillations périphériques

En 1958, Jacques Chaban-Delmas décide de la construction d’une rocade pour préserver le centre ville de Bordeaux d’un traffic routier important. Son tracé, d’une longueur de 45km, passe alors au large de la ville et chemine à travers des espaces naturels peu habités.

Le développement urbain de la métropole ayant à présent largement dépassé le tracé de la rocade, les franges de cette infrastructure ont progressivement été occupées. Bordée de talus et autres murs anti-bruits, son environnement reste imperceptible pour l’automobiliste pressé.

Cheminer de part et d’autre de son tracé permet de découvrir des paysages non programmés, façonnés par la rencontre de cet ouvrage radical avec les milieux qui le jouxtent.

Loin de l’image tenue du centre ancien dont la protection a constitué la motivation première du projet, ce travail suggère un autre aperçu de la ville dans lequel la banalité côtoie une forme de spontanéité et révèle un intérêt périphérique insoupçonné.

 

2018 – 2020

photographies réalisées au moyen format argentique 

extraits de carte IGN au 1:25000